• Accueil
  • Blog
  • L’anticipation des travaux en copropriété

L’anticipation des travaux en copropriété

02 févr. 2016

La complexité administrative et juridique de nos métiers demande aujourd’hui une anticipation impérative, afin que les projets de travaux que nous portons puissent se concrétiser.

En effet, il n’est pas rare de recevoir des demandes de devis pour des opérations de grandes ampleurs quelques jours / semaines avant l’assemblée générale. Le résultat de cette méthode, connu de tous : une assemblée générale tendue, ne statuant pas sur un projet car ce dernier n’a pas été anticipé.

Il est important de rappeler qu’une assemblée générale a pour but de statuer, et non de débattre d’un projet avec l’ensemble des copropriétaires, ces derniers étant représentés par un conseil syndical élu qui a pour vocation d’être un intermédiaire entre les copropriétaires et les différents acteurs du projet.

Le groupe HARMONIE ne travaille qu’en copropriété, notre expérience dans ce domaine nous montre que le conseil syndical, à la base du projet avec son syndic, doit définir clairement son projet en tenant compte de plusieurs facteurs :

  • le temps : élaboration d’un retro planning d’actions à mener par les intervenants

  • la technicité : quelles causes, supports et solutions techniques ?

  • financiers et administratifs : subventions, autorisations auprès des autorités locales, appels de fonds auprès des copropriétaires, emprunt collectif, fonds de prévoyance etc.

Il convient d’apporter quelques précisions concernant ces trois points.

 

 

1/ Le facteur temps pour les travaux en copropriété

L’établissement d’un retro planning est la première étape nécessaire au bon déroulement de travaux en copropriété. Le milieu de la copropriété impose une organisation rigoureuse de par la multiplicité des intervenants (architecte, maître d’œuvre, syndic…). 2 à 3 années seront nécessaires afin de mener le projet à son terme.

  • Année N : information et échanges avec les copropriétaires concernant le projet. La copropriété est-elle motivée ? Ce projet répond-il aux attentes et aux priorités de la copropriété ?

  • Année N+1 : réalisation d’éventuels diagnostics selon le projet (Diagnostic énergétique, DAT, repérage plomb…) et nomination d’un bureau de maitrise d’œuvre qui rédigera un cahier des charges et lancera les consultations correspondantes.

  • Année N+2 : validation du projet par une réunion d’information en amont de l’assemblée générale puis vote du projet dans les semaines qui suivent.

 

2/ La technicité des travaux en copropriété

Afin de définir un objectif répondant aux besoins de la copropriété, il appartient aux membres du conseil syndical, assistés de leur syndic, d’identifier les problèmes techniques de la copropriété et de les prévoir dans le temps. Un plan pluriannuel de travaux permet d’étaler dans le temps les projets mais également les dépenses s’y rapportant.

3/ L’administratif et le financement

La réalisation d’un chantier concernant les parties extérieures de la copropriété, doit être validée par les autorités compétentes. Ces dernières ont le pouvoir de modifier le projet pour tenir compte de l’environnement direct de l’immeuble (Présence de Monuments Historiques, harmonisation des quartiers d’une ville, obligation d’isoler thermiquement…). Selon les communes, les délais de validation peuvent varier de 2 à 6 mois.

Concernant le financement, et particulièrement les copropriétés souhaitant réaliser une réhabilitation énergétique, il existe de nombreuses solutions permettant de lisser ou de diminuer les coûts pour chaque copropriétaire :

  • prêt collectif

  • prêts à taux 0 personnel et collectif

  • CEE : Certificats d’Economie d’Energie

  • CITE : Crédit d’Impôts pour la Transition Energétique

  • subventions ANAH et CNAV

  • prime « Habiter mieux »

Le groupe Harmonie, de par son expérience de travaux de copropriété et de plus de 5 000 chantiers réalisés depuis 1977, saura vous guider et vous apporter tout son savoir-faire pour mener à bien votre projet.