• Accueil
  • Blog
  • L'architecte qui voulait de l'eco-responsabilité

L'architecte qui voulait de l'eco-responsabilité

22 janv. 2016

 Ces derniers temps, l'éco-responsabilité est sur toutes les lèvres. Plus qu’un concept, Rune Kongshaug en a fait un mode de vie à travers son projet "Maison Productive House".

La philosophie ZED et l'eco-responsabilité

Pour valider son diplôme d’architecte à l’Université McGill, Rune Kongshaug a imaginé un complexe au design ambitieux, où confort et respect de l’environnement étaient les mots d’ordre. Le projet fut concrétisé en 2009 lorsque la Maison Productive House (MPH) est sortie de terre. Elle se situe dans la zone industrielle désaffectée de Pointe-Saint-Charles à Montréal. C’est un ensemble de logements en copropriété qui se veut avant-gardiste dans la réduction de l’empreinte écologique de ses habitants.

 

La MPH reprend la philosophie du standard britannique Zero Emission Development (ZED) qui aborde le développement durable de manière holistique. Tout a été étudié pour aller dans ce sens, de la construction du bâtiment proprement dit, au mode de vie des copropriétaires.

Eco-responsabilité

Pour ce qui est de l’immeuble, l’énergie renouvelable est bien entendu à l’honneur avec en premier lieu : le soleil. L’énergie solaire est mise à contribution à travers l’orientation des habitations. Le but est de profiter au maximum des rayonnements par l’utilisation, entre autre, de verre à haut rendement énergétique.

Le soleil est également utilisé pour l’eau chaude domestique, tandis que des panneaux photovoltaïques servent à l’éclairage et à l’alimentation de la pompe géothermique destinée au chauffage. Ainsi, les occupants de la MPH réduisent de 60 à 80 % leur dépendance au réseau électrique.

Côté mode de vie, l’eco-responsabilité est mise en avant. Dans ce sens, la MPH a prévu une production alimentaire durant toute l’année à travers un système d’agriculture urbaine. Cela permet notamment d’agir sur l’émission de gaz à effet de serre liée au transport de certains aliments.

Par ailleurs, la récupération des eaux de ruissellement et l’utilisation de sanitaires spécifiques ont permis de réduire considérablement la consommation en eau. Ce n’est pas tout, l’emplacement de la MPH a été choisi de manière à ce qu’elle soit le plus près possible du réseau de transport en commun et des pistes cyclables. De plus, Rune Kongshaug préconise l’autopartage avec deux cases de stationnement dédiées à cette pratique plus que jamais eco-responsable.