Les différents types d'isolants

04 janv. 2017

L’isolation des murs et de la toiture est capitale lors de la rénovation ou de la construction d’une maison individuelle ou d’un immeuble. Elle a un impact majeur sur la valeur de votre bien, sur l’environnement et sur vos économies. En habitat individuel plus de 30% des pertes de chaleur en hiver et de la surchauffe en été proviennent de la toiture et 25% des murs périphériques. Une bonne isolation thermique permet de mieux conserver la chaleur de votre logement et donc de moins chauffer vos pièces ce qui entraine une baisse conséquente de votre facture énergie. 

Mais il est facile de s’égarer à travers la multitude d’isolants. Chacun d’entre eux disposent de caractéristiques différentes, d’avantages et d’inconvénients à prendre en considération. Il n’y a pas vraiment d’isolant idéal. Celui-ci va dépendre de ce que vous avez besoin de rénover dans votre maison et d’isoler mais aussi de votre budget. Alors comment s’y retrouver et lequel choisir pour un maximum d’efficacité ?

Les isolants Naturels

Il existe plus d’une quinzaine de matériaux utilisables pour une isolation thermique naturelle. On peut citer parmi les plus connus : la paille, le bois, le coton ou le chanvre. Pour respecter les nouvelles réglementations thermiques, qui incitent au respect de l’environnement, les artisans se tournent plus facilement vers les isolants naturels qui sont à la fois écologiques et également très efficaces pour les isolations thermiques et phoniques.

Ces matériaux, bien qu’ils ne soient pas systématiquement à 100% naturels, possèdent des capacités biodégradables, recyclables et renouvelables. Ils laissent respirer les murs ce qui réduit les allergies. Ils absorbent plus facilement l’humidité de l’air que d’autres isolants évitant ainsi le phénomène de condensation. Cependant, il est à noter que ces matériaux naturels sont relativement chers par rapport aux isolants minéraux. Mais c’est justement ce genre de dépenses qui peuvent être aidées grâce aux crédits d’impôts de type CITE ou PTZ.

Les isolants Minéraux

Possédant d’excellente qualités thermiques, les isolants minéraux sont les plus utilisés sur le marché de la construction et de la rénovation, probablement du fait de leur coût peu élevé. La laine de roche et la laine de verre restent les premiers et les plus anciens isolants utilisés dans la catégorie des isolants minéraux mais d’autres matériaux se sont développés comme la perlite, le verre cellulaire ou encore l’argile expansée.

Le problème principal de ces isolants, comme la laine de verre, est leur faible durée de vie. Avec le temps, la laine de verre se tasse et ses performances d’isolation diminuent. Avec du verre cellulaire, vous obtiendrez une isolation de qualité : il est très étanche, résiste plus facilement à l’humidité que d’autres produits et est incombustible. Les vermiculites et perlites possèdent des qualités d’isolation phonique supérieures aux autres isolants minéraux.

Les isolants synthétiques

La principale qualité des isolants synthétique est leur coût peu élevé et leurs performances thermiques très importantes. On peut leur reprocher d’être fabriqués à base de produits pétroliers, il n’en reste pas moins que dans cette famille le polystyrène est l’isolant star des copropriétés et ce d’autant que leur mise en œuvre par une entreprise labélisée Qualibat RGE ouvre droit à des aides et subventions.

Les isolants à bases de polystyrène ou de mousse offrent une isolation thermique très performante, il faut cependant noter qu’ils sont peu efficaces pour l’isolation phonique.

Quand rénover l’isolation de votre logement ?

Voici quelques conseils pour savoir quand vous devez effectuer des travaux sur l’isolation de votre logement. Si vous constatez des différences de température dans les pièces de la maison, si vous ressentez régulièrement des courants d’air venant du plafond et que vous voyez des traces d’humidité sur les murs, enfin si les parois internes restent constamment froides il est temps de faire quelque chose pour votre isolation.