• Accueil
  • Blog
  • Façades parisiennes : le reflet de notre histoire

Façades parisiennes : le reflet de notre histoire

03 mai 2016

On a tendance à dire que Paris est la ville des amoureux mais elle est aussi « the place to be » pour les passionnés d’architecture et d’histoire.

Un patrimoine d’époque toujours en évolution

La richesse culturelle et artistique française et plus spécifiquement parisienne, vient en partie de son architecture. Les bâtiments parisiens sont les témoins toujours immobiles de l’Histoire de France. Dans la capitale, certains immeubles sont de véritables emblèmes de la mémoire collective. Les différentes politiques de conservation du patrimoine au XXème et XXI ème siècles ont permis de sauver ou de valoriser un certain nombre de bijoux architecturaux sur une période historique longue, de l’Antiquité aux Trentes Glorieuses. Petite promenade à travers les siècles à la découverte de l’architecture médiévale, de l’architecture dite royale, de l’Art Nouveau, de l’Art Déco et du courant moderne.

L’Architecture médiévale 

L’une des plus vieilles façades de la ville se trouve derrière l’Hôtel de Ville dans la rue François Miron. Ici, aux n◦11 et 13, on peut voir deux des derniers témoins visibles du Moyen-Age « parisien ». Datant du XIVe siècle, ces deux immeubles possèdent une façade facilement reconnaissable avec un colombage typique de cette époque. Cependant, cette ossature en bois date des années 60, elle a été recréée à partir du modèle d’origine.

 

Il subsiste aussi au cœur de Paris un beau témoignage de l’architecture médiévale, caché au fond d’une cour.

 

XVIe – XVIIIe siècles : trois siècles d’architecture royale

Cette période a vu la disparition progressive des colombages et l’émergence de grands bâtiments réalisés en pierre avec de larges portes en bois, caractéristiques notamment du XVIIe siècle. Les ornements avec des motifs végétaux ou animaux, sur les hôtels particuliers (modénatures et mascarons) sont des indices reflétant le niveau social des maitres d’oeuvres. Les fenêtres deviennent très hautes et présentent des appuis en fer forgé parfois très décorés.

 

Ravalement d’un immeuble du début du 17ème effectué par Harmonie rue d’Aumale Paris 9ème 

 

Le Renouveau Haussmannien  

A la demande de  Napoléon III, le Baron Haussmann organise une politique de grands travaux avec pour projet de redéfinir le visage urbain de la capitale. C’est lui qui imagine les grands axes parisiens tels que nous les connaissons aujourd’hui. La capitale se transforme alors en un immense chantier de 1850 à 1920. Plus de 20.000 bâtiments sont rasés pour une reconstruction complète. Lors de cette période, l’architecture se modernise. On note en particulier l’augmentation du nombre d’étages. Les bâtiments, du rez-de-chaussée au premier étage présentent généralement des refends horizontaux, tandis que les étages supérieurs possèdent un balcon filant en fer forgé. 

 

Ravalement d’un immeuble typiquement haussmannien par Harmonie, rue du 4 Septembre, Paris 2ème

 

Constructions en briques

Un autre type de façade apparaît vers la fin du XIXe siècle. Pour réduire les coûts de construction, certains architectes vont mélanger les pierres de taille avec les briques. Après la crise de 1929, l’utilisation de la brique se généralisera pour la construction d’immeubles complets. Les architectes introduirons parfois des éléments décoratifs du type carelage ou céramique en façade.

 

Ravalement Harmonie d’un immeuble en brique ornemeté en céramique, Paris 15ème

 

Le début du 20ème siècle et l’épanouissement de l’Art Nouveau et de l’Art Déco viendra apporter son lot de petites et grandes merveilles architecturale :

 

Immeuble rue Campagne Première 

 

Le béton 

A partir des années 1950, le matériau de prédilection des constructeurs est le béton, c’est la logique de la reconstruction de l’après guerre. Armé, précontraint ou à hautes performances : la généralisation de la construction en béton apportera au fil du temps des progrès technologiques qui permettront aux architectes d’avoir un vocabulaire créatif plus large, comme en témoignent les photographies ci-dessous. On note aussi la généralisation des balcons et terrasses en façade. C’est l’héritage du mouvement moderne en architecture et du concept d’unité d’habitation apporté par Le Corbusier.

 

Ravalement Harmonie d’un immeuble de Roger Anger, rue de Vaugirard, Paris 6ème

 

Ravalement Harmonie rue de la Croix Nivert, Paris 15ème

 

Le travail d’un façadiste prend un sens particulier avec des immeubles qui sont les témoins de leur époque. Les contraintes techniques sont parfois fortes et demandent une approche du phasage des travaux et une technicité hors norme. C’est ce qui fait l’intérêt particulier de ce type de chantier ou tout le savoir faire des compagnons d’Harmonie S.A.S. est mobilisé.

Le chantier réalisé par Harmonie qui a reçu le prix du Ravalement 2015 de la ville de Versailles en est une belle illustration.

 

Réalisation de ravalement par Harmonie Boulevard de la Reine, 78000 Versailles