Les innovations qui bouleversent le BTP

25 juil. 2017

Le secteur du BTP vit souvent de façon décalée les changements sociétaux et les bouleversements technologiques. On note que de 2010 à 2015 les investissements dans les jeunes pousses du bâtiment ont été multipliés par 5. Aujourd’hui Il ne se passe pas une semaine sans que la presse spécialisée nous annonce l’arrivée d’une innovation. Nouveaux produits, nouvelles machines : aérogel ultra-mince pour l’isolation thermique, robots soudeurs... Faisons le point sur les innovations les plus marquantes.

Le drone pour prendre de la hauteur

D’abord utilisé par les militaires, le drone a su conquérir une population bien plus large. Aujourd’hui, le drone est chez les particuliers, on note d’ailleurs un ralentissement de ce marché, mais aussi dans l’industrie. Il s’est particulièrement bien développé dans les secteurs de la sécurité, de l’aéronautique et du bâtiment.

Harmonie fut l’une des premières sociétés à les utiliser pour les chantiers de rénovation comme outil de diagnostic de façade et d’étanchéité des toitures, principalement dans les zones inaccessibles ou dangereuses.

 

 

Ces engins volants s’avèrent extrêmement utiles pour effectuer de simples photos et vidéos mais aussi pour réaliser des relevés topographiques et même des modèles 3D grâce aux systèmes de prise de vue orthonormée. De plus leur utilisation peut améliorer la productivité et la sécurité sur les chantiers de construction. Grâce à eux, on peut aussi suivre l’évolution des travaux au fil du temps et sous tous les angles en réalisant à des intervalles réguliers le même plan de survol préprogrammé sur un site.

La transition numérique et le BIM

Building Information Modeling, le terme BIM se traduit ainsi : Modélisation des Informations du Bâtiment. Pour faire simple, ce concept peut se définir comme étant une maquette numérique en 3D qui contient l’intégralité des données intelligentes et structurées d’un projet. Ces informations digitales sont utilisées par tous les corps de métier et plus largement par tous les acteurs d’un projet, de l’architecte jusqu’à l’ouvrier, ce qui facilite grandement le travail collaboratif.

Cette nouvelle méthode de travail apporte de nombreux avantages : une meilleure communication, un gain de temps grâce à une connaissance et à une compréhension parfaite des détails techniques, ce qui permet un travail plus qualitatif et une amélioration de la sécurité.

Le développement de l’impression 3D

Les balbutiements de l’impression 3D remontent aux années 80, mais l’impression 3D a connu un développement massif lors de cette dernière décennie. L’impression tridimensionnelle se définit comme étant un ensemble de procédés de fabrication de pièces en volume. Cette technique pourrait transformer intégralement les modes constructifs des bâtiments en permettant par exemple la construction de petites unités habitations dans des délais très bref dans des régions sinistrées par des catastrophes naturelles. Dès 2014, une entreprise chinoise a réalisé des maisons en 3D à moindre coût et en un temps record : 24h pour construire dix maisonnettes en béton recyclé.

 

 

On pressent bien le bouleversement, pour ne pas parler d'une révolution, qui arrive dans le secteur de la construction et ce d’autant que les matériaux utilisés par les imprimantes peuvent être des matériaux traditionnels comme de la terre, du ciment, de la paille, de la chaux et même du bois ! En Italie, un projet fou a même vu le jour : l’installation de la plus grande imprimante 3D au monde. Construite par une start-up italienne elle mesure plus de 12 mètres de haut. La mission de celle que l’on appelle Big Delta : construire un village entier en 3D à Massa Lombarda, dans la province de Ravenne. On gage que le pari sera réussi, car Big Delta a déjà fait ses preuves en construisant une vraie maison familiale en moins de 7 jours.

Big Delta en action

L’essor des objets connectés

Avec le développement d’Internet et les changements sociaux qui en résultent, il était logique de passer à l’étape suivante, à savoir le Web 3.0. Depuis une dizaine d’années, les objets connectés ou Internet of Things (IoT) sont apparus en masse dans le quotidien de la population. Selon Wikipédia : « l’IoT représente l’extension d’Internet à des choses et à des lieux physique ». D’ici 2020, il pourrait exister plus de 80 milliards d’objets connectés capables de nous aider au quotidien à la maison comme au travail. Les secteurs de la e-santé et la domotique ont investi assez tôt ce terrain, c’est maintenant au tour de la construction et de l’immobilier.

Le principe même des objets connectés veut qu’ils stockent de grandes quantités d’informations. Ils peuvent être utilisés pour prévenir les incidents comme une défaillance machine par exemple. C’est pourquoi l’IoT pourrait être d’une grande aide dans le secteur de la construction. On parle déjà des bâtiments connectés (Smart Building). Arrive maintenant le temps des chantiers connectés. Différentes startups ont innové comme Nexess qui a créé des armoires à outils intelligentes capables de retrouver plus rapidement des outils ou la société allemande Smart Gloves qui a lancé sur le marché des gants connectés pour les ouvriers ou encore l’entreprise Daqri qui a imaginé le Smart Helmet, un casque connecté utilisant la réalité virtuelle pour assister les ouvriers et techniciens directement sur les chantiers.

 

Les robots : un important levier de productivité

Les robots commencent doucement à apparaitre sur les chantiers de construction. L’efficacité et la rapidité d’action de ces machines sont des arguments avancés à l’exemple d’Hadrian X. Ce robot maçon, avec son bras de 30 mètre de long, est capable de construire une maison basique en moins de deux jours, en assemblant pas moins de 1000 briques par heure contre environ 300 pour un être humain.

 

 

Le rôle du Big Data pour optimiser le traitement de l’information

Le Big Data permet de stocker, d’analyser et exploiter des données en très grande quantité. Il repose sur le principe de volumes gigantesques de données à traiter tout en maitrisant la vitesse d’acquisition et la variété de données pouvant provenir de différentes sources.

Le Smart Grid (ou réseau électrique intelligent) est un parfait exemple d’application du Big Data. En effet, ce type de réseau de distribution d’électricité favorise la mise en relation des informations entre les fournisseurs et les consommateurs dans le but d’ajuster les flux d’électricité en temps réel, ce qui permet d’optimiser les ressources.


On voit là tout le potentiel de productivité que peut apporter le Big Data aux grands groupes du bâtiment.