• Accueil
  • Blog
  • Les nouveaux matériaux qui révolutionnent la construction

Les nouveaux matériaux qui révolutionnent la construction

07 août 2017

Comme nous l’avons vu dans notre précédent article sur les innovations, le secteur du bâtiment connaît de profonds bouleversements depuis quelques années. La construction doit s’adapter aux évolutions technologiques. C’est dans cette optique que de nouveaux matériaux voient le jour, dans le but d’améliorer considérablement la durée de construction ou même la qualité des immeubles bâtis.  Voyons ensemble quelques exemples de ces matériaux qui seront utilisés dans un futur proche.

Le bio-béton : un béton auto-réparant

Le béton est un matériau relativement fragile pour la construction. Avec le temps, celui-ci se décompose, il devient poreux suite à l’apparition de fissures qui facilitent les infiltrations d’eau. C’est ce type de fragilité qui peut entrainer un effondrement de la structure dans des cas extrêmes de non entretien.

En 2013 des chercheurs néerlandais ont mis au point le Bio-béton, un béton qui se répare tout seul. En effet, celui-ci est capable de colmater seul les fissures qui se créeraient. Pour que cette prouesse se fasse, les chercheurs ont injecté des bactéries et des nutriments au béton classique.  Au contact de l’eau, ces nutriments se transforment en calcaire qui va combler les pores et les microfissures.

Alors que les normes actuelles du bâtiment tolèrent des fissures comprises entre 0,2 et 0,4 mm de largeur, ce béton permettrait de combler les trous faisant jusqu’à 0,5mm. Cette nouvelle génération de béton permettrait à terme de faire des économies considérables dans l’entretien des bâtiments et de ralentir des phénomènes bien connus des façadiers comme la carbonatation.

 

Un béton super résistant : le SECC

Restons dans le béton avec cette autre innovation. Le béton étant le matériau le plus utilisé dans la construction, des chercheurs américains ont conçu un matériau intelligent : le béton SECC (Superhydrophobic Engineered Cementitious Composite).

Tout comme le bio-béton, ce matériau sait faire face à l’eau et aux fissures. Cependant, ses propriétés lui permettent de résister au temps. En effet, il pourrait rester plus de 120 ans sans avoir besoin d’être changé. A titre de comparaison, le béton des routes a une durée de vie d’environ 50 ans. Le béton SECC peut même être équipé de capteurs afin de surveiller l’évolution de son état.

La structure moléculaire de ce béton pourrait supporter une compression jusqu’à quatre fois supérieure à celle d’un béton traditionnel. Utilisé, ce matériau pourrait améliorer considérablement l’état des routes dans les villes. On peut être sûr que ce matériau du futur sera aussi une nouvelle porte ouverte source d’inspiration pour les architectes : de quoi imaginer de nouvelles structures plus « légères ».

 

CEMATERRE : le matériau écologique qui évite les gaspillages

Une entreprise française a eu une idée pour faire des économies et participer au développement durable : s’approvisionner et produire sur place les matériaux de construction dont elle avait besoin. Le but est de construire avec la terre qui se trouve directement sur les chantiers afin d’éviter les pénuries et le gaspillage. Cela limite également l’acheminement d’une grande partie des matériaux utilisés traditionnellement dans le bâtiment : de quoi faire chuter l’empreinte carbone des chantiers de façon très significative.

Le Cematerre se fabrique en mélangeant de la terre, du ciment, de la chaux et des fibres de lin. Il peut se décliner avec des fibres de chanvre, de coco ou de bambou. De plus, le Cematerre possède des capacités d’isolation thermique trois fois supérieures au béton traditionnel. Ce matériau a d’ailleurs reçu le Trophée de l’innovation de la CCI du Havre en 2011.

 

 

Line-X : la peinture qui rend indestructible

Une société américaine a créé le Line-x, un incroyable spray capable de durcir n’importe quel objet. Cette peinture est une couche de revêtement de protection, conçue à l’origine pour solidifier les pare-chocs de voiture. En quelques années, son utilisation s’est diversifiée au point d’attirer l’attention du gouvernement américain. En effet, le Line-x est aujourd’hui utilisé sur les murs du Pentagone (l’équivalent du Ministère de la Défense) pour protéger le bâtiment contre d’éventuels explosions terroristes.

En combinant cette peinture avec des briques de pierre ou du béton, on pourrait construire des immeubles quasiment indestructibles.

 

Un bois translucide et imputrescible

Timothée Boitouzet est un jeune architecte et bio chimiste français qui vient d’être récompensé par le très vénérable Massachusetts Institute of Technology pour ses recherches sur le bois. Celui-ci a étudié les propriétés du bois dans le but de le renforcer. Ses travaux l’ont amené à effectuer des tests sur la lignine, une biomolécule qui permet de tenir les fibres de bois entre elles. Il s’est rendu compte qu’une fois qu’on a retiré la lignine, le bois se compose à plus de 70% d‘air. C’est en comblant cet air avec une substance organique, que Timothée Boitouzet a créé un nouveau type de bois, translucide et très réistant au feu et à l’eau.

Plus résistant et plus esthétique grâce à sa transparence, ce bois pourrait à terme construire des immeubles de plus de 30 étages. Cette innovation ouvrira sans doute elle aussi de nouvelles perspectives aux architectes.