Quel échafaudage choisir ?

nov. 17, 2014

Lors de l’étude des devis de ravalement ou d’étanchéité, le poste échafaudage demande une lecture très attentive. Souvent, ce poste représente 30% du montant des travaux et peut être largement minoré si toutes les options sont passées au crible.

Échafaudages titulaires 

La majorité des travaux se fait avec cet assemblage d’éléments d’acier ou d’aluminium, ayant l’avantage d’être facilement circulable. On posera dans la hauteur du rez-de-chaussée, un pare-gravats appelé « protection basse », qui recueillera les éventuelles chutes de parties maçonnées lors du piochage. Malheureusement, cette mise en œuvre est coûteuse car elle demande un grand nombre de matériaux et de pièces à installer.

Astuce : afin de minimiser le coût de cette opération, le phasage des travaux permettra une moindre immobilisation de pièces que l’on démontera puis remontera au gré des façades, au fur et à mesure d’un phasage déterminé lors des travaux.

Echafaudage

 

Échafaudages de nacelles ou échafaudages volants 

Cette mise en œuvre, beaucoup moins onéreuse que la précédente, ne peut être installée partout. La première condition est d’avoir une toiture-terrasse ou un étage dit attique (en retrait), permettant d’arrimer les nacelles.

Trois solutions sont possibles :

  • soit l’acrotère de la terrasse (muret périphérique de la terrasse) est d’une hauteur d’au moins 60 cm, permettant ainsi de placer des pinces d’acrotère ou « consoles » qui, tel un étau prennent appui de part et d’autre du mur, soutenant ainsi les nacelles.

  • la seconde solution, plus courante, consiste à poser des potences de déport. Elles sont soutenues telles des grues par des contrepoids posés à leurs pieds. Selon la hauteur du bâtiment, on choisira de mettre en place des treuils électriques ou manuels, commandés depuis la plateforme de travail. Au rez-de-chaussée, on posera un niveau d’échafaudage de pied permettant la protection des abords et des passants par un parapluie en tôle mécanique. Il est à noter que la solution d’échafaudage volant étant beaucoup plus rapide à mettre en œuvre, le coût de la main d’œuvre pour sa mise en place et le nombre de matériels nécessaires étant forcément moindre qu’un échafaudage de pied, le devis en sera grandement minoré.

  • il existe une troisième catégorie d’échafaudage que l’on voit régulièrement sur des tours ou grands ensembles : des mâts élévateurs. Deux mâts espacés au maximum de 30 mètres sont fixés sur la façade et une plateforme de travail horizontal y est apposée telle un ascenseur. Elle montera ou descendra facilement. Cette opération étant possible à la condition que les façades soient droites sans balcon ou sans avancée protubérante. L’intérêt majeur réside dans le fait que ces nacelles servent également de monte-charge pour le matériel lourd (vêtures, fenêtres…).