supprimer pont thermique

août 24, 2015

Pont Thermique

 Un pont thermique désigne une rupture entre les liaisons d’éléments constructifs d’un bâtiment. Touchant aussi bien les maisons individuelles que les copropriétés, ce phénomène est fréquemment évoqué lors de problématiques d’isolation dans les logements. En effet, les ponts thermiques constituent des zones de faiblesse responsables d’environ 5 à 10 % des pertes thermiques et impactent aussi bien la structure des bâtiments d’habitation que le confort des occupants. Il est donc essentiel de savoir détecter et supprimer les ponts thermiques.

 

 

Ou se situent les ponts thermiques?

Selon l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), les ponts thermiques les plus importants se situent notamment :

  • au niveau des jonctions entre la toiture et les murs
  • entre les murs et les menuiseries des fenêtres
  • entre les planchers et les murs
  • à la jonction des balcons et des murs
  • au niveau des montants des ossatures, des chevrons, des points de fixations, entre autres.

 

Les conséquences des ponts thermiques

La problématique de ponts thermiques est étroitement liée aux phénomènes d’apparition d’humidité et de condensation. Une trop forte hygrométrie (mesure du degré d’humidité dans l’air) est source de nombreuses pathologies telles que le cloquage des peintures, l’apparition d’auréoles sur les murs ainsi que la prolifération des moisissures.

Par ailleurs, lorsque les parois sont froides, le phénomène de condensation génère des gouttelettes d’eau qui se logent dans les revêtements muraux, le bois des charpentes ou encore les isolants, causant une dégradation précoce de ces éléments. Les dommages sur la structure du bâti peuvent se révéler difficiles à réparer, voir même entraîner une moins-value du logement.

L'inconfort

Les ponts thermiques nuisent grandement au confort thermique (bien être d’un individu par rapport à  la température ambiante, l’humidité, la qualité de l’air qui circule de son environnement) des occupants d’un logement dû aux déperditions thermiques qu’ils occasionnent. Ces pertes de chaleur favorisent l’effet « parois froides », phénomène par lequel le froid pénètre dans le logement à travers les zones de faiblesse dans l’isolation.

L’effet « parois froides » refroidi les cloisons du logement et conséquemment la température globale du logement. Les occupants sont donc sujets à des variations de température causant une sensation de gêne, qui continue malgré la présence de chauffage dans le logement.

 

La facture énergie

Les déperditions thermiques provoquent non seulement une sensation d’inconfort, mais également une hausse de la facture électrique d’un logement. En effet, plus les pertes de chaleur sont importantes, plus le besoin de chauffage est grand . Une hausse des dépenses en énergie entraîne inévitablement une augmentation des factures électriques. A savoir que baisser le chauffage d’un degré C°, permet de faire jusqu’à 7 % d’économies d’énergie.

Comment et pourquoi traiter les ponts thermiques

La détection et la neutralisation des ponts thermiques requièrent un outillage ainsi que des connaissances particulières ; le traitement de ces zones nécessite donc l’intervention de professionnels. L’isolation thermique par extérieur (ITE) constitue une des solutions les plus efficaces pour le traitement des ponts thermiques et de leurs effets indésirables. L’ITE permet de régler les problèmes d’isolation à la source et présente de nombreux avantages tels que :

  • l’amélioration de la qualité de l’air
  • l’élimination de la condensation et des moisissures
  • l’augmentation de la performance thermique du logement
  • des économies d’énergie