• Accueil
  • Blog
  • L’ADEME : Un soutien à la transition énergétique

L’ADEME : Un soutien à la transition énergétique

09 avril 2018

Créé en 1991, l’Agence de Développement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) est un établissement public placé sous la tutelle de trois Ministères : celui de la Transition Ecologique et Solidaire, celui de l’Enseignement Supérieur et celui de la Recherche et de l’Innovation. Voici un point sur les missions de l’ADEME et sur leurs objectifs concernant le logement et la rénovation énergétique.

 

Les missions de l’ADEME 

La mission principale de l’ADEME est de créer des actions politiques et sociales visant à protéger l’environnement sur le territoire français. L’agence a des objectifs précis dans cinq domaines spécifiques : la gestion des déchets, l’efficacité énergétique, l’amélioration de la qualité de l’air, la préservation des sols et le développement des énergies renouvelables. Pour atteindre ses objectifs, l’ADEME a développé de nombreux partenariats en France et à l’étranger avec des entreprises, les collectivités territoriales, des centres de recherches et différentes associations. La collaboration reste la clef pour atteindre les objectifs gouvernementaux.

 

 

La rénovation énergétique des copropriétés : la priorité pour 2018

Aujourd’hui, la France compte environ 33 millions de logements dont plus de 14 millions d’appartements en copropriété. Plus des trois quarts ont été construits pendant la période de l’après-guerre, au début des années 50. Il n’y avait à cette époque aucune réglementation énergétique pour la construction des bâtiments. C’est pourquoi il est important de rénover en urgence ces immeubles énergivores.

L’ADEME, tout comme le gouvernement, fait donc la « chasse » aux passoires énergétiques en France. De nombreux chantiers d’informations et d’actions sont en cours depuis plusieurs années. Actuellement, l’ADEME a créé un réseau actif de plus de 70 conseillers énergétiques en Ile-de-France qui ont déjà accompagné 12 000 projets. Ce sont déjà plus de 400 copropriétés franciliennes qui ont voté en Assemblée Générale la mise en place de travaux de ravalement de façade et/ou isolation thermique. Selon Michel Gioria, le directeur régional de l’ADEME Ile-de-France, l’ADEME va : « poursuivre son travail d’accompagnement des copropriétés tout en accompagnant la montée en compétences des professionnels, notamment par des formations aux spécificités du travail avec les copropriétés ». L’objectif de l’agence est d’atteindre 1 500 copropriétés accompagnées d’ici la fin de l’année.

 

Une vision à long terme

« Connaitre » grâce à la recherche et l’innovation, « mobiliser » les gens par la diffusion de l’information et les « conseiller » : Ce sont les maîtres mots de l’ADEME depuis plusieurs décennies.

Les projets de l’ADEME ont toujours été sur une perspective de longue durée. En 2012, elle a mobilisé ses équipes sur un projet au long terme : Visions 2030 – 2050. Le but est de maîtriser parfaitement dans le futur, la consommation énergétique et de développer les offres d’énergies renouvelables grâce à l’innovation. L’objectif est clair : obtenir le facteur 4, qui représente une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre en France, par rapport à l’année 1990.

Le secteur du bâtiment contribue massivement à atteindre ces objectifs grâce à la rénovation énergétique. Des entreprises spécialisées comme Harmonie SAS, permettent progressivement mais de manière constante à réduire la consommation énergétique des immeubles. Actuellement, on compte environ 500 000 logements rénovés par an.

 

 

L’innovation : pour améliorer le développement durable

Bien que le gouvernement soutienne les projets de l’ADEME, on constate une baisse de budget depuis quelques années. Alors qu’en 2012, l’ADEME bénéficiait d’un budget de 690 millions d’euros, celui-ci est descendu à 540 millions pour cette année 2018. Cela impose de faire des choix, comme le dit Michel Gioria, directeur régional de l’ADEME Ile de France, qui souhaite privilégier les innovations tout en respectant les obligations de résultats qu’exige le gouvernement. L’ADEME Ile-de-France est ainsi en train de tester de nouvelles techniques en vue de récupérer les surplus de chaleurs dans les pièces. Pour illustrer cet exemple, la région a effectué des tests dans un Data Center de Bailly-Romainvilliers en Seine-et-Marne, qui permettrait actuellement d’alimenter un réseau de plus de 3 km grâce à la chaleur récupérée.