• Accueil
  • Blog
  • Haussmann, le Baron qui a métamorphosé l’architecture parisienne !

Haussmann, le Baron qui a métamorphosé l’architecture parisienne !

05 juin 2019

XIXe siècle, sous le Second Empire, délégué par Napoléon III, un homme métamorphose littéralement le visage de la ville de Paris : baron Georges Eugène Haussmann. Ces « travaux haussmanniens » ont duré 15 ans. Aujourd’hui, les Parisiens continuent à admirer la vision du baron, alors avocat, Préfet de la Seine, chargé de l’urbanisme, mais surtout profondément attaché à la capitale.

Résumé des grands travaux haussmanniens

C’est donc en 1853 que Napoléon III nomme Préfet de la Seine et chargé de l’urbanisme George-Eugène Haussmann. Le baron d’Haussmann voulait un Paris plus respirable, agrandi, beau, éloigné à des spectres de l’insalubrité et de la paupérisation.

Tout commence par le vieux Paris, qui va être le point de départ de places aérées, de boulevards dignes des plus belles villes d’Europe, quitte à ce que des voix s’élèvent devant les dépenses engendrées par les travaux et la destruction d’un patrimoine qui remonte à l’ère médiévale.

Quelques réalisations marquantes du baron d’Haussmann

Ces travaux pharaoniques ont transformé 60 % de la ville de Paris, privilégiant les lignes droites, créant des voies élargies d’est en ouest, depuis la place de l’Étoile jusqu’à la place du Trône et du nord au sud, depuis la gare de l’Est jusqu’à l’Observatoire.

  • Les nouveaux boulevards: Sébastopol, de Strasbourg, Magenta, Arago, Voltaire, Diderot, Malesherbes, Saint-Germain, Saint-Michel et le Cours de Vincennes.
  • Les nouvelles avenues: Kléber, Foch, Victor Hugo, Carnot, Niel, Friedland, Iéna, George V.
  • Les nouvelles rues : Rivoli, le long du jardin des Tuileries, Soufflot, Réaumur, du Quatre-Septembre, de Rennes, Turbigo, des Écoles.
  • Les nouvelles églises: Saint-Eugène (Sainte-Cécile), la Sainte-Trinité, Saint-Amboise et Saint-Augustin.
  • Les places aménagées: de la République, Léon Blum, nom d’aujourd’hui, et la place de l’Alma sont aménagées.
  • Les constructions culturelles: l’Opéra Garnier, le théâtre du Châtelet et le théâtre de la ville.


 Reconnaître le style haussmannien

La façade en pierre forme sans aucun doute l'élément le plus marquant du style haussmannien ! À cela s’ajoutent la hauteur standard du bâtiment (allant de 12 à 20 mètres, proportionnellement à la largeur de la route sans dépasser 6 étages) et des lignes de front principales similaires. Ces dernières sont destinées à former un ensemble architectural reconnaissable et inédit à la fois.

Composition d’un bâtiment haussmannien typique :

  • le rez-de-chaussée avec plafond haut pouvant accueillir des commerces
  • le premier étage, dit « mezzanine », pour le stockage ou pour être éventuellement habité
  • le deuxième étage, dit « Noble », car facilement accessible à pied, avec balcon et cadres de fenêtres enrichis
  • Le troisième et le quatrième étage : ils sont plus conventionnels, avec des cadres de fenêtres moins alambiqués et des balcons individuels qui font leur apparition à la fin de la période haussmannienne pour respecter la nouvelle réglementation
  • Le cinquième étage qui est équipé d’un balcon d’apparat pour équilibrer l'esthétique de la façade
  • Le dernier étage constituée de chambres mansardées dédiées au personnel de maison affecté aux occupants.

Pour découvrir comment sont réalisés les ravalement d'immeuble en pierre regardez notre vidéo.