• Accueil
  • Blog
  • IoT : Comment les objets connectés aident le BTP

IoT : Comment les objets connectés aident le BTP

12 févr. 2018

Le BTP ne cesse d’évoluer depuis ces trente dernières années. Les innovations bouleversent le secteur du bâtiment, de plus en plus ouvert au développement de concepts technologiques comme les objets connectés et l’IoT (Internet of Things). Ces outils contribuent à l’amélioration de la rapidité des constructions, l’efficacité des ouvriers et même à la sécurité sur les chantiers.

Qu’est-ce qu’un objet connecté ?

L’IoT est un concept récent, difficile de définir puisqu’il n’a encore aucune définition officielle. C’est le lien entre le virtuel (internet) et la réalité (objet). Pour faire simple, l’IoT est une expansion du réseau internet sur des objets et des lieux physiques. C’est la connexion de ces objets, d’où le nom d’objets connectés. Le Dictionnaire du Web en donne une définition pertinente : « Les objets connectés sont des types d’objets dont la vocation n’est pas d’être des périphériques informatiques ni des interfaces d’accès au web, mais auxquels l’ajout d’une connexion Internet a permis d’apporter une valeur supplémentaire en terme de fonctionnalité, d’information, d’interaction avec l’environnement ou d’usage. » Alors comment ces objets peuvent-ils changer le quotidien des chantiers de construction ?

Un coup de pouce en matière de productivité (efficacité des employés et rapidité des construction)


Comme nous l’avions dit dans notre précédent article sur les innovations, à l’horizon 2020, l’IoT représentera plus de 80 milliards d’objets connectés que nous retrouverons partout dans notre quotidien. Plusieurs startups ont déjà largement investi dans l’IoT en ciblant directement le secteur du bâtiment. Armoire intelligente, gants connectés ou casque à réalité virtuelle : Tous ces nouveaux objets connectés contribuent à améliorer la productivité des ouvriers sur les chantiers, leur faisant gagner un temps considérable dans leurs tâches sur les chantiers.

En attendant Matrix et l’avènement des robots, les machines connectées sont d’excellents compléments pour les travailleurs sur les chantiers. Caterpillar a rapidement intégré le tournant de l’IoT. Grâce à une analyse rapide des données, leur logiciel CAT Connect permet d’optimiser l’utilisation de leurs machines. Un engin de chantier par exemple sera capable d’analyser la planimétrie d’un terrain et d’améliorer jusqu’à 30 % la précision du nivelage.


En 2010, la société américaine Giatec a crée le Smartrock, un capteur placé directement dans le béton, capable de calculer la température de ce matériau et donc d’indiquer s’il est sec ou non. C’est un gain de temps considérable pour la construction d’immeubles puisque l’on sait précisément à quel moment bâtir les étages supérieurs.


Autre cas flagrant de cette efficacité multipliée : la société suédoise Skansa AB a intégré des capteurs RFID aux 3200 blocs de béton des tribunes du MetLife Stadium de New York. Ces petites puces ont pu être suivies à la trace par géolocalisation depuis l’usine de conception jusqu’au chantier de construction. Cette société a donc pu suivre en temps réel l’avancée des travaux, économiser près d’un millions d’euros sur son budget initial et finir le chantier avec 10 jours d’avance, ce qui n’est pas négligeable !

 

Une sécurité renforcée pour le bien-être des ouvriers

La sécurité sur les chantiers est un souci constant pour les sociétés. Les objets connectés aident à sécuriser la vie des ouvriers. Par exemple, l’entreprise Sopra RH a récemment conçu un outil capable de déterminer les niveaux de bruit, de pression ou encore de température auxquels sont exposés les ouvriers. Cet appareil serait à la fois utile pour l’employeur mais aussi et surtout fortement bénéfique pour le bien-être des employés. Rappelons que la loi française stipule qu’un employé ne doit pas être exposé plus de 600 heures par an au bruit, plus de 450 heures à des vibrations mécaniques stressantes et plus de 900 heures à des températures extrêmes.

Depuis 2014, la filiale suisse de Colas utilise des exosquelettes portés par les ouvriers sur les chantiers. Ceux-ci augmentent la force humaine permettant ainsi de porter plus aisément des charges lourdes. Nous pouvons alors imaginer le bien-être que cela procurera à terme aux ouvriers et par conséquent, une répercussion positive sur la santé et les conditions de travail.