Comment bien choisir ses travaux de rénovation énergétique ?

Depuis quelques années, c’est le boom de la rénovation énergétique. Le gouvernement part en chasse contre les passoires énergétiques et impose aux copropriétés des travaux. Il existe de nombreux travaux capables d’améliorer la performance énergétique de son logement. Voici quelques conseils qui vous aideront à faire un tri et à comprendre quels sont les travaux les plus efficaces.

 

Diagnostic : Faites le point sur votre consommation d’énergie

Il est nécessaire de vérifier votre consommation énergétique actuelle pour pouvoir comprendre ce qui est à améliorer. Voir les points forts et les faiblesses du logement permettra de comprendre quels sont les meilleurs travaux à réaliser, et de visualiser le budget prévisionnel nécessaire à la mise en place de ces travaux. Il faudra par exemple, inspecter l’état des fenêtres, les déperditions de chaleurs, les ventilations et les ponts thermiques. Bien sûr, ce « checkup » sera différent en fonction de l’ancienneté et de l’état du bâtiment. Des logements de l’après-guerre, par exemple, nécessiteront assurément un budget plus conséquent. Pour bénéficier de ces subventions, il est impératif de réaliser un audit énergétique ou un diagnostic technique global (DTG) ; le diagnostic de performance énergétique (DPE) n’ouvre pas de droits à des subventions.

 

Isolation et couverture : les gros chantiers

L’isolation thermique en façade et en toiture sont les travaux les plus efficaces sur le long terme mais également les chantiers les plus lourds. L’enjeu est important car nous parlons ici, dans le cas d’un immeuble, de plus de 35% des déperditions énergétiques totales. Bien isoler ses murs, ses combles, sa toiture terrasse, en bref la structure du bâti est fondamentale pour faire des économies d’énergie.

 

L’isolation thermique des façades

L’isolation peut être réalisée aussi bien par l’intérieur que par l’extérieur : le but est de supprimer les ponts thermiques par le biais de la pose de différents matériaux. Ces derniers peuvent être de différents types : synthétiques, minéraux, écologiques et bio-sourcés, Les isolants peuvent également intégrer directement le gros œuvre lui-même, il s’agit alors de l’isolation dite répartie. Le choix du matériau dépend du budget du maître d’ouvrage ainsi que des objectifs fixés en ce qui concerne le niveau d’isolation requis. Les travaux peuvent s’étendre sur les sols et les planchers dans le cas d’une isolation par l’intérieur, ainsi que sur les portes et les fenêtres pour de meilleures performances.

 

L’étanchéité de toiture

Les procédés pour rendre la toiture imperméable à l’eau de pluie et aux fuites d’air diffèrent selon le type de la toiture : en pente ou plate, végétalisée ou classique, accessible ou non accessible (dans le cas de la toiture-terrasse). L’étanchéité peut être réalisée suivant les principales techniques ci-après : par la pose de produits bitumés, d’asphalte ou via le procédé de l’étanchéité multicouche par le biais du bitume armé. Plusieurs solutions peuvent aussi être utilisées : opter pour l’étanchéité liquide ou bitumineuse, ou encore pour la pose d’une structure végétale. Citons par ailleurs l’étanchéité spéciale photovoltaïque ainsi que celle préfabriquée en EPDM. L’étanchéité de la toiture sera complétée avec une bonne ventilation, ce que nous allons aborder plus bas dans ce même article.

Qui dit gros travaux, dit budget conséquent. Cependant, il existe des subventions pour venir en aide aux copropriétaires. Contactez-nous pour en savoir plus sur ces aides à la rénovation énergétique. À retenir que la prise en charge des travaux par un professionnel RGE – reconnu garant de l’environnement – est requise afin de financer les travaux grâce aux aides publiques et locales.

 

Demandez une subvention

 

Remplacement des fenêtres

C’est bien souvent la première chose à laquelle on pense en matière de rénovation. En effet, encore aujourd’hui, plus d’un tiers des habitats en France possèdent des fenêtres à simple vitrage, peu performantes, alors que la norme pour la construction est le double vitrage. Le simple vitrage est loin d’être suffisant de nos jours ; même s’il s’agit de fenêtres neuves, elles sont l’un des premiers facteurs de déperdition de chaleur. En effet, tandis que la Réglementation Thermique 2012 recommande un coefficient d’isolation de vitrage à 1.6 Ug, les simples vitrages possèdent un Ug qui atteint presque 6 ! Les conséquences sont dévastatrices en hiver pendant les périodes de grand froid et de neige comme a connu la France dernièrement.

 

Adopter un chauffage neuf !

Le chauffage est un point critique du côté de la consommation énergétique des Français. Il est nécessaire de bien l’entretenir et de le remplacer si celui-ci est trop vieux. Fioul, électrique, bois, gaz ou pompe à chaleur, vous avez l’embarras du choix pour votre chauffage. Cependant, à l'heure ou nous écrivons cet article, nous vous conseillons le chauffage au gaz, qui s’avère être un bon investissement en ce qui concerne le rapport qualité/prix. Son coût par an est compris entre 1 000 euros et 1 500 euros. Néanmoins, si vous avez la possibilité d’investir un peu plus et sur le long terme, le chauffage solaire est une bonne solution, car bien que son prix d’installation puisse aller jusqu’à 22 000 euros, ce système vous fera économiser jusqu’à 50 % d’énergie et vous pourrez amortir votre investissement. L’amortissement peut prendre de 8 ans à 12 ans.

Il est important de noter que les recommandations ci-dessous ne sont pas universelles, tout dépend de la nature de votre bien et de son implantation géographique.

 

Ne pas négliger la ventilation !

La ventilation de votre logement est très importante pour évacuer l’humidité dans l’air qui peut abîmer les murs et les plafonds. Avoir des entrées d’air dans toutes les pièces et prévoir des aérations au-dessus des fenêtres est nécessaire. De gros travaux sont parfois utiles, si vous souhaitez aménager une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC), qui permet de mieux faire circuler l’air dans toutes les pièces. Le problème des VMC, c’est qu’il existe des centaines de modèles à des prix complètement disparates : Comptez entre 300 euros et 3000 euros en fonction des systèmes.

 

Bien planifier ses travaux

Il est important de savoir planifier les travaux à réaliser en priorité afin de se préparer financièrement. Le budget à établir doit d’ailleurs en tenir compte : le mieux serait d’établir un cahier des charges avec l’accompagnement d’un professionnel. Les travaux portant sur le gros œuvre sont à réaliser en premier, tandis que la peinture et les petits travaux seront programmés en dernier.

 

Nos autres articles de FAQ

Un pont thermique c'est quoi ? Qu’est-ce que le polyuréthane, avantages en isolation thermique ? Qu'est-ce que la laine de roche et son utilité en isolation thermique ? Isoler avec de la laine de verre ? Quels sont les différents types d’isolants thermiques ? Utiliser les isolants naturels pour une isolation thermique écologique ? Quel vitrage choisir pour une meilleure isolation thermique ? Le lexique de l'isolation thermique par l'exterieur Quelle différence entre la réglementation thermique 2012 et 2020 ? Quels sont les principes essentiels de l'isolation thermique ? Quels changements réaliser en priorité pour faire des économies d’énergie ? Quelles sont les différences entre la laine de roche et le polystyrène ? Quelle est l'utilisation de la laine de roche dans l’isolation thermique ? L'isolation : un confort thermique pour l'été également ? Qui est le médiateur de la rénovation énergétique ? Quelle est l'utilité du label RGE pour les travaux de rénovation en copropriété ? Comment baisser la facture de chauffage en copropriété ? Qu’est-ce que la peinture isolante ? Isoler ses tuyaux : qu’est-ce que le calorifugeage ? Comment bien choisir son isolant ?